dimanche 6 juillet 2014

Mon corset, mon histoire.

Coucou. ♥
Après la demande d’une adorable lectrice, j’ai décidé de vous parler de mon corset, de vous dévoiler comment tout s’est passé, de vous dévoiler un bout de mon histoire. Cet article a été très dur à faire, les mots difficiles à trouver, les phrases compliquées à formuler. Et pourtant je m’apprête à écrire aujourd’hui, ce que je n’ai jamais dis à personne. Comme si c’était un lourd secret qui n’en ait pourtant pas un. Voici mes ressentiments écrits à propos de ce nouvel arrivant dans ma vie.

Au début de cette année 2014, mon médecin généraliste, après avoir regardé mon dos, me demanda d’aller passer des radios. Etant suivie par un ostéopathe depuis un certain temps, je savais très bien que mon dos était loin d’être parfait. Mais ces radios me faisaient quand même un peu peur. En particulier par la faute d’un mot dont je ne connaissais pas grand-chose, prononcé par ce docteur. Le mot « corset ».

Je suis donc allée passer ces radiographies au mois de Février, pour ensuite les donner à mon médecin, la boule au ventre. Mon dos ayant une scoliose de 19°, mon docteur a fortement supposé la pose d’un corset. Par la suite, il nous a donné le numéro d’un hôpital spécialisé, pour la décision finale. Je suis sortie du cabinet en larmes. J’essayais tant bien que mal de me dire que ce n’était qu’une supposition, mais je savais bien que ce n’était pas un argument convainquant...

J’ai du louper une journée de cours pour aller dans cet hôpital pour un rendez-vous. Malgré l’aide de mes parents, j’étais vraiment stressée, et il y avait de quoi. Le médecin, bien que très gentil, ne me rassurait en aucun point. Il regarda longuement les radios de mon dos puis mon dos lui-même pour ensuite prononcer les mots que je n’aurais pas souhaité entendre : « Tu devras porter un corset jours et nuits pendant au moins 2 ans. ». Sensible comme je suis, je n’ai pas pu m’empêcher de pleurer. J’avais l’impression que tout s’effondrait autour de moi. J’avais conscience que ma vie allait changer.

Après plusieurs rendez-vous à différents endroits, j’ai finalement pu récupérer mon corset en fin avril. J’ai mis du temps à m’y habituer. Il m’a déjà fallut 2 semaines pour me faire à l’idée que ce n’était pas qu’un mauvais rêve. En comptant ces 14 jours, il m’a bien fallut 1 long mois pour réussir à le garder jours et nuits sans douleur. Car bien qu’il soit là pour empêcher que ma scoliose s’aggrave, il est difficile de s’habituer en une simple semaine. Que les futurs porteurs de corsets ne s’inquiète pas, cela ne fait pas horriblement mal comme on pourrait le croire. Il est juste compliqué de le garder longtemps du premier coup, car il contracte le dos et change nos habitudes. Je conseil de commencer par le garder 5h, puis 6h, puis 7h, etc…puis de le porter la nuit après s’être bien habitué le jour.


Durant ce mois, j’ai aussi du affronter le regard des autres. J’ai reçu quelques contraintes au niveau de la garde-robe. Vêtements prêts du corps ou transparents ont été bannit. Il n’y a plus que des vêtements amples ou droits. C’est un petit peu embêtant de devoir changer de style vestimentaire, déjà que l’on n’est pas forcement à l’aise avec cet « engin ». Le plus dur pour moi a été dans les vestiaires de sport. Pour dire vrai, devoir l’enlever devant les gens ne me mettais pas à l’aise. J’avais comme peur de leurs réactions. Finalement, à part quelques questions, Il n’y a pas eu de problèmes. Evidement je ne suis pas encore tout à fait à l’aise de faire ceci devant tout le monde, mais je ne l’ai gardé que 2 mois devant eux. Cela viendra avec le temps.

Récemment, en mi-juin, j’ai eu un nouveau rendez-vous dans cet hôpital pour la radio des « 1 mois » que j’ai pourtant fait aux bout de 2 mois. Le médecin a constaté qu’il fallait resserrer le corset. Un autre docteur l’a donc gardé pour faire ces changements. J’ai récupéré cette « chose » il y a 2 semaines environ. Plus serré, j’ai du me réhabituer à le porter, même si cela est plus facile qu’à la 1ère adaptation. Ayant quelques jours sans, je n’ai pas encore entamé la nuit. Le point positif de cet été, est que j’ai la permission de le retirer par forte température, ou pour aller à la plage évidement.

Depuis que j’ai ce corset, je dois bien avouer que j’ai perdu une partie de ma confiance en moi. Ne plus avoir le même style vestimentaire, ne pas pouvoir faire tout ce qu’on voudrait… Etre différent.
Mais ces 2 mois m’on aussi apprit la vie. Certains moments de notre existence sont durs à vivre. Ils nous font parfois pleurer, ou nous donne envie de tout abandonner. Mais ils ne durent pas. Dans mon cas, et celui d’autres personnes également, il limite certaines choses pendant 2 ans de notre vie. Seulement deux ans. La vie passe vite, et quand vous devrez retirer ce corset, vous vous sentirez comme libéré. Vous aurez presque l’impression de perdre une partie de vous. Une partie peut être un peu négative, qui ne laissera que le positif.
La seule leçon à retenir c’est que peu importe ce qui peut vous arriver dans votre vie, de bien ou de mal, voyez le côté positif. N’ayez pas honte de qui vous êtes soyez fière de votre personne. Et la vie vous paraitra beaucoup plus belle. ♥

2 commentaires:

  1. Merci pour cet bel article. Grace a toi, je me sens plus forte a propos de ce corset.
    J'ai hâte de lire tes prochains articles toujours ecris avec sincérité.
    Des bisous,
    Aurelie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma belle !,Je suis heureuse d'avoir pu t'aider.
      Tout ce que tu me dis me touche beaucoup ! je te souhaite bon courage avec ton corset.
      De gros bisous ♥

      Supprimer

Ceci pourrait aussi t'intéresser :